Drôle de Paix II – Extraverting Françafrique

January 2, 2011 at 8:23 pm (tWP) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , )

One of the nefarious consequences of nowadays’ entitled generation is the necessarily idealist distortion of reality. The 60s counterculture was bought by social endowments but also by a pretence vision of the world which keeps their moral reflexes at ease. The maps of the world are a politically correct UN fairy tale façade. Apart from most of the northern hemisphere and parts of Asia, there are no states in the world. There are regimes, protectorates and ungoverned territories. Such is the case with Côte d’Ivoire and most of Africa.

Jean-François Bayart coined the term ‘extraversion’ to explain how in Africa the inherited European state apparatus is subverted by the local realities. This is exactly the case in Côte d’Ivoire where the governmental apparatus has been hijacked and transformed into an ethnic based transnational rent-seeking enterprise. The whole territory is not culturally unified except for having French as lingua franca. In this circumstance each ethnicity competes for power within the internationally prescribed borders, even if these don’t correspond to the ethnic territorial distribution. During the reign of Houphouët-Boigny the ethnic inconsistencies were kept under balance but ever since his death the elites of the south and those of the north have been competing for power, i.e. control of the government.

The context of these elections is nothing surprising: Côte d’Ivoire as mishmash of ethnicities and clan structures sees a dispute between major ethnic groupings. Monsieur Ouattara represents the northern ethnic groups and Mr. Gbagbo the southern ones. The difference is that the southern ones are Christian, richer and they reap the benefits of being closer to the oil wells, cocoa fields, fishing areas and commercial ports. Mr Gbagbo is thus supported by the urban ethnicities and Ouattara by the Muslim rural ones. To be clear though, the victory of one of the sides would not alter the underlying reality of Côte d’Ivoire, for the different ministries and state companies would have to be shared among ethnicities comprising the winning clan confederacy power bid – just as has been the case so far.

Côte d’Ivoire’s instability dates back to the decolonisation process. Sub-Saharan Africa was politically stable prior to the European colonisation when the local polities – be they ethnic groups, clans, tribal confederacies or chiefdoms – managed their own power relations. The arrival of the European powers destroyed this reality and Africa has seen its power politics dictated by the rulers of the Atlantic Ocean ever since. The Europeans ruthlessly ‘globalised’ Africa but ultimately the biggest change was not slavery but instead the forceful inclusion of all of Africa into the international trading system. Allegedly decolonisation was to liberate the African peoples and return the continent back to its idyllic days. This is not what happened: there was no decolonisation but rather the process was a scapegoat for the replacement of European hegemony for American and Soviet control, the borders were not changed and peoples were not liberated because generally speaking there were no nations or states to liberate from occupation and the liberation movements did not seek to revert the political reality back to the tribal system, the main markets and biggest military powers in the Atlantic are still European and American and therefore power relations are naturally influenced from the north.

In the case of Côte d’Ivoire the main external power is France which dominates every sector of the country’s economy, from telecommunications and construction to finance and military. Apparently the Quai d’Orsay does not trust the Gbagbo government to be able to serve its interests in the foreseeable future. The why is unknown: perhaps the southern elites believe they can govern without dependency on the French, perhaps they wish to liberate Côte d’Ivoire from the intrinsic meddling of neighbouring countries. Burkina Faso counts many Burkinabés living within Ivoirian borders and other bordering countries depend on commerce made with the north of Côte d’Ivoire, which has for many years been de facto free from the Ivoirian government, both in taxes and security. Whatever the reason for Gbagbo’s loss of French patronage, Ivoirians are still a French protectorate and they cannot go against the wishes of Paris without external support. So far the US and Britain support France’s narrative and the electoral victory of Alassane Ouattara, leaving only Brazil as willing to support the Gbagbo government but constrained from publicly doing so given France’s co-option of the UN, the African Union and Francophone Africa, along with the timing and coordination difficulties brought about by the process of the new Brazilian government’s taking of office. Russia and China, always looking for an opportunity to penetrate western dominated markets, sent representatives to President Gbagbo’s swearing in, which was officially attended only by the ambassadors of Angola and Lebanon.

With France, Britain, the US and the EU preparing sanctions packages against Côte d’Ivoire and Nigeria led ECOWAS threatening to mobilise the ECOMOG against Yamoussoukro, the loyalty of the army and Gbagbo’s apparatchiks may not last longer. Add to this ECOWAS’s decision to stop printing money for Côte d’Ivoire and the regime has its days numbered.

While Gbagbo’s decision to resist the Élysée is ill-advised, the crisis may very well be prolonged by such organs as the ICC which may be causing Gbagbo’s clique to fear loss of power and international war crimes indictments from the universalist institution.

So far, the reactions to the political crisis in Côte d’Ivoire can be divided into three categories: the ones who recognise Ouattara as the winner and demand Gbagbo to step down, those who realise there is a deficit of popular cohesion and stand for a power-sharing agreement (namely Russia, China, Angola and Equatorial Guinea) and finally the ones who only accept Gbagbo as the solution to the entanglement. Given that the bulk of the international community and virtually all stake-holders are against the final two solutions, the likely outcome will be the ousting of Gbagbo. Zimbabwe is often pointed as an example of possible intransigence but even Mugabe has Angola to support him.

The UK, the US and France favour Ouattara but how sustainable will France’s yield on Côte d’Ivoire be with the US involved? Equally important to observe is Angola’s position vis-à-vis that of Nigeria’s. Luanda comprehensibly dislikes all the democratic resonance of France’s campaign against Gbagbo. If the UN and the African Union intervene under a democracy-enforcement mandate,  José Eduardo dos Santos will resent the precedent, even if at the service of the specific interests of France and Nigeria…

There is a national debate in Côte d’Ivoire about who can claim Ivoirian identity. The problem is that the region never had borders, and multi-ethnic states without a historical tradition of political coexistence or a hegemonic ethnicity tend to disaggregate, all the more when their borders are artificial and they’re subject to the influence of more powerful states. Anthropology explains that social bonds are adapted to the geographical environment where they evolve. If in Europe its individualistic cultures, small family aggregates, natural borders isolating cultures in islands or peninsulas, gave rise to the modern bureaucratic state, how can the same be true for West Africa where we find the exact opposite reality? If indeed Côte d’Ivoire’s southern elites plan to make of it a sovereign state, they are in for a bitter surprise.

Advertisements

3 Comments

  1. M. Silva said,

    Ecowas criticises SA warship off West Africa
    http://mg.co.za/article/2011-02-09-ecowas-criticises-sa-warship-off-west-africa/

    The chairperson of West Africa’s regional bloc on Tuesday criticised South Africa for sending a warship to the region amid Côte d’Ivoire’s political crisis, but the South African government maintained it had sent the vessel as a negotiating venue.

    The dispute comes amid a growing rift between African nations on how to resolve the political stalemate in Côte d’Ivoire. Incumbent leader Laurent Gbagbo has refused to cede power more than two months after the UN said he lost the election.

    James Victor Gbeho, president of the West African bloc of states known as Ecowas, said on Tuesday the presence of a South African warship “can only complicate the matter further”.

    “The solidarity that started among us in the international community is fast being eroded because certain countries are picking sides and therefore are disagreeing with the decision already taken,” he said in Abuja, Nigeria, where the 15-nation regional bloc is based.

    South African defense department spokesperson Siphiwe Dlamini said the ship is not supplying military support to Gbagbo or to the internationally recognised election winner, Alassane Ouattara.

    The vessel has been in international waters off West Africa for about two weeks for routine training and is there in case it is needed, Dlamini said.

    The African Union last week asked the presidents of Chad, Mauritania, South Africa, Tanzania and Burkina Faso to find a peaceful way to install Ouattara, as president. The leaders sent a team of 15 experts to Abidjan on Sunday, who will eventually be followed by the presidents.

    Face-to-face meeting?
    AU representative Ambroise Nyonsaba said on Monday the leaders would try to organise a face-to-face meeting between Gbagbo and Ouattara, both who claim to be the elected president.

    South Africa, though, has never endorsed Ouattara as president unlike the African Union, and instead has suggested a recount of the votes — echoing calls made by Gbagbo for such a move.

    However, South African President Jacob Zuma this week denied supporting Gbagbo and said South Africa remains a neutral mediator in the political deadlock, according to thr South African Broadcasting Corporation.

    SA support for Gbagbo
    Ecowas has threatened military invasion to oust Gbagbo if negotiations fail, though several countries have since expressed reservations about using force and no deadline has been set.

    The crisis has fractured African nations into three camps: pro-Gbagbo, anti-Gbagbo and neutral, according to Rinaldo Depagne, the International Crisis Group’s senior analyst for West Africa.

    Depagne put South Africa and Angola in the lead of the pro-Gbagbo camp that includes Uganda, Gambia and Zimbabwe. Meanwhile, Nigeria, Senegal, Kenya and Côte d’Ivoire neighbour Burkina Faso take a hard line and want military intervention.

    The majority of African nations favour a negotiated solution, Depagne said, including Libya, Congo, Gabon, Liberia, Sierra Leone, Guinea, Cameroon and Tanzania.

    Jendayi Frazer, former US assistant secretary of state for African affairs and professor at Carnegie Mellon University, said “The South African government would support Gbagbo because that’s historically who they have supported.” He added that the country may have significant economic interests at stake.

    “We find that others are encouraging Gbagbo not to yield, probably because they can give him certain things that Ecowas does not have,” Gbeho said on Tuesday.

    Nigeria’s Foreign Minister Odein Ajumogobia last week proposed a naval blockade to enforce sanctions imposed against Gbagbo.

    In an op-ed article in This Day newspaper of Lagos, he noted that the proposal to use military intervention has provoked some dissent, but added: “The use of ‘legitimate force’ is however not exclusively about military warfare in the conventional sense and therefore does not necessary connote an ‘invasion’ by troops’.”

    He said that “legitimate force can include, for example, a naval blockade to enforce sanctions which might be imposed against Gbagbo”.

    Côte d’Ivoire was divided into a rebel-controlled north and a loyalist south by a 2002-2003 civil war. The country was officially reunited in a 2007 peace deal, but the long-delayed presidential election was intended to help reunify the nation. Instead, the UN says at least 260 people have been killed in violence since the vote. – Sapa-AP

  2. M. Silva said,

    COULD THIS HAVE BEEN THE TRIGGER?

    No Manganese Refining for the Moment
    http://www.africaintelligence.com/AMA/exploration-production/2010/10/06/no-manganese-refining-for-the-moment%2C85664955-GRA-login
    Ivory Coast is stepping forward on Africa’s manganese market but has failed for the moment to include a refining facility on the downstream so as to profit from added value.

    On Sept. 23, Ivory Coast president Laurent Gbagbo signed a decree permitting Taurian Manganese & Ferro Alloy Cote d’Ivoire, an affiliate of India’s Taurian Resources Private Ltd (TRPL), to extract manganese ore in the country. Taurian’s mine lies in the Bondoukou region in eastern Ivory Coast. But contrary to what had been planned at the outset, Taurian Manganese is under no immediate obligation to build a ferromanganese plant at Bondoukou, for want of enough energy. That lack has postponed construction of a plant for several years, until the government rustles up an estimated CFA 22 billion to extend the power grid. Taurian was forbidden to mine the manganese in June by mines ministerAugustin Komoe on the grounds that it had begun extracting the ore in February at a time when it only had an exploration license. Its ore exports to Mumbai, where it operates a plant, are now expected to resume at a pace of 200, 000 per ton/year. Taurian also owns the Toumodi concession but isn’t alone in operating in manganese in Ivory Coast. The China National Geological & Mining Corporation (CGM) is working the manganese mine at Lauzoua in the south-west in partnership with SODEMI. In 2009, SODEMI and CGM set up the Companie Miniere du Littoral (CML, which is 41% owned by CML, 39% by CGM and 10% by the government). Its output of 300,000 tons per year is exported directly to China and Ukraine. Like Bondoukou’s ore, that from Luazoua is shipped out through the port of Abidjan while waiting for funding for a minerals terminal in San Pedro port to be built. CGM will take part in bank rolling that facility.

    ——————————————————–

    la guerre des USA contre la Chine se passe en Côte d’Ivoire (2)
    http://www.ael225.net/?action=show_page&id_page=1155

    Il y a une semaine, nous publions un article au titre évocateur. «Comment la guerre des USA contre la Chine se passe en Côte d’Ivoire». Plusieurs jours après, des preuves surrabondent pour étayer l’implication de certaines grandes puissances dans une affaire interne ivoirienne. Première preuve, cette information en date du 10 mai 2010 et relayée par «La Lettre du Continent». Lisons ce texte.

    «RELATIONS USA-COTE D’IVOIRE : Phillip Carter III, un nouvel ambassadeur US de combat !

    Lui aussi fatigué du “PSS” – pays sans élection – de l’Afrique de l’Ouest, le président américain Barack Obama a nommé, le 10 mai, un nouvel ambassadeur à Abidjan, dont la principale mission sera de mettre Laurent Gbagbo sous pression électorale ! Ancien numéro deux de Jendayi Frazer (secrétaire d’Etat adjointe chargée des affaires africaines dans l’administration Bush), Phillip Carter III a déjà “sévi” sur le continent africain à Madagascar, au Gabon et en Guinée.

    Washington, qui s’installe fortement au Burkina Faso voisin dans le cadre de la lutte contre Al-Qaeda, entend aussi surveiller, depuis la Côte d’Ivoire, tout le golfe de Guinée pétrolier… L’instabilité politique à Abidjan commence à agacer Barack Obama. Sans élection d’ici le mois d’août, Laurent Gbagbo aura certainement “droit” à un missile diplomatique de la Maison Blanche, du type de ceux envoyés en Guinée et au Niger. Paris, qui craint toujours pour ses intérêts multiformes à Abidjan, se réjouit discrètement de la montée au filet de l’Oncle Sam, qui pèse lourd aux Nations unies et au FMI.

    In La Lettre du Continent du 10-05-2010».

    Les ivoiriens qui n’avaient certainement pas vu venir les choses doivent se raviser après avoir lu ces quelques lignes ou des termes tels que «Ambassadeur de combat», «pression électorale», «Golf de guinée pétrolier», «intérêts multiformes» français, «la montée au filet de l’Oncle Sam, qui pèse lourd aux Nations unies et au FMI», etc., se disputent la paternité d’une banale crise postélectorale. Ils comprendront ainsi l’ampleur de l’implication multiforme des grandes puissances dans une affaire qui ne les concerne pas.

    Ilscomprendront ensuite pourquoi, le Président de la CEI a été aussi aimablement escorté par les Ambassadeurs français et américains.

    Ils comprendront enfin, pourquoi pour barrer l’hégémonie chinoise en Afrique, français et chinois veulent faire feu de tous bois ivoiriens. En définitive, ce qui se passe en Côte d’Ivoire n’est pas loin de la guerre de positionnement que se livrent la Chine et les Etats-Unis, par la France interposée. La Chine est en passe de devenir la première puissance mondiale au détriment des USA et de très loin, de la France. Cela n’est pas du goût de l’occident.

    Tout se passe comme si Nicolas Sarkozy avait dit ceci à Barack Obama. «Ecoutes, Laurent Gbagbo nous échappe et nous fait perdre du terrain. Il donne tout aux communistes chinois et russes. Il n’aime pas l’Occident. A contrario, Alassane Ouattara est notre homme ; il faut le positionner». Ces mots sont peut-être triviaux, mais ils rendent parfaitement les idées et les conditionnements dans les salons feutrés occidentaux.

    Les parts de marché de la France sont menacées. Les investisseurs chinois leur arrachent les nouveaux marchés. De plus, ils ont de bons rapports avec les pays africains, nouvel eldorado et puits pétroliers à ciel ouvert. Après le Nigeria, l’Angola, le Gabon et la Guinée Equatoriale, la Côte d’Ivoire et le Ghana font aujourd’hui leur entrée dans le cercle fermé des nations où foisonne l’or noir.

    Le cas ivoirien n’est pas fait pour plaire aux occidentaux. Alors que Laurent Gbagbo ne leur a jamais fermé la porte, mais exige seulement une répartition diversifiée et raisonnée des ressources de son pays, eux, exige tout. D’où le clash. Il ne faut pas se le cacher, Alassane Ouattara, homme lige des occidentaux, n’est même pas plus qu’un fusible. D’ailleurs, il ne compte que pour un sous dans cette affaire.

    L’Amérique et la France sont au bord du gouffre. La guerre du Golf a fortement asséché les caisses. Les effets collatéraux encore tenaces de cette guerre sont palpables au pays de l’oncle Sam. La crise qui s’en est d’ailleurs suivi avec son lot de chômage doublée d’une crise sans précédent de l’immobilier a mis des familles entières à la rue et jeté les bases d’une nation à la recherche de son lustre d’antan.

    En France, la donne est plus connue. Les grèves, licenciements et autres delocalisations d’entreprises sur des terres étrangères plus favorables ont achevé de faire de la France un pays sans répères économiques. Comment demeurer alors une superpuissance sans delester les plus petits de leurs biens, là où la Chine jure d’augmenter ses investissements sur le continent ?

    La Chine est populaire en Côte d’Ivoire par son histoire et sa civilisation. Cette puissance militaire, économique et démographique fascine Abidjan. Et la Chine le lui rend bien. La présence des investisseurs chinois ne remonte qu’à 3 ou 4 ans seulement. Cependant, ce pays n’a jamais caché sa volonté de soutenir la croissance ivoirienne en achetant nos produits. Un soutien du reste croissant.

    Entre autres, il y a eu le 1 septembre 2008, la signature de nouveaux accords economiques et techniques prévoyant un don chinois de 26 milliards de FCFA. Concommitamment, le volume des échanges commmerciaux entre les 2 pays s’élève à 300 millions de dollars. A cela, est arrimée l’annulation de 40% de la dette ibilatérale, soit 18 millions d’euros, selon la volonté de l’ambassadeur chinois à Abidjan, SEM. Wei Wenhua,

    Depuis bientôt 5 ans, la chine a consruit l’hotel des Députés. Il y a, par ailleurs, de réelles avancées en ce qui concerne la construction du barrage de Soubré, tout comme les constructions, de l’autoroute Abidjan-Bassam ;a du lycée d’excellence à Abidjan ou encore des logements sociaux à Abidjan. En matière d’éducation, la signature le 11 octobre 2008, d’une lettre de coopération pour un projet de financement par la Chine de 19 établissements scolaires en Côte d’Ivoire ; suivi de production de manganèse par Géomine et de la mise en place d’un hydrocraqueur, fruit d’une coopération assez excellente entre la Société ivoirienne de Raffinage et le chinois sinopec, ne sont pas fait pour plaire. Pourquoi et Comment la Chine peut-elle réussir à faire en moins de 5 ans ce que la France n’a jamais pu faire en 50 ans ? La problématique est entière.

    Le volume insolent de pétrole gisant au large du golf de Guinée est aussi une raison suffisante pour Paris d’entraîner les Etats-Unis dans une affaire qui ne la regarde en réalité que de loin. Surtout que Laurent Gbagbo n’a jamais marqué de dedain vis-à-vis de l’Amérique.

    En ce qui concerne la région du Golf de Guinée, «c’est une zone prometteuse dont les objectifs géologiques s’apparentent aux découvertes importantes réalisées sur les permis voisins au Ghana. Dans l’état actuel des connaissances, les réserves pourraient atteindre jusqu’à 1,5 milliard de barils», confiait Marc Blaizot, directeur géosciences de la branche exploration et production de Total. (Jeuneafrique.com du 23 octobre 2010). De quoi faire languir les loups.

    Seulement nous sommes en politique. Et en la matière, seuls les loups mènent la danse. Comment contrer le géant chinois sur un terrain qui lui semble désormais acquis ? Si on ne peut directement l’atteindre, il est cependant possible de dégager le pretendu pion de la Chine qu’est Gbagbo.

    Pour le reste, ce n’est pas un hasard si Phillip Carter III, le nouvel ambassadeur US fréquentait plus Youssouf Bakayoko (Président de la CEI) que Laurent Gbagbo (Président sortant et réélu). La machine avait été mise en marche depuis des lustreset l’objectif est de pousser Gbagbo à la sortie par tous les moyens possibles.

    Ne vous étonnez donc pas si la Côte d’Ivoire venait à être rayer de la carte du monde. La deuxième guerre mondiale, peut-être plus silensieuse celle-là, se passe en terre d’Eburnie qui n’a pour elle que l’Eternel des Armées, une foi inébranlable dans le pouvoir de la Démocratie à fédérer les pulsions, une Constitution et le réultat du scrutin présidentiel passé non négociables, et enfin un peuple débout.

    —————————————————————-

    La Côte d’Ivoire se rapproche de la Chine
    02/06/2009 à 14h:54 Par Pascal Airault, envoyé spécial à Sanghai
    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2525p078-079.xml0/
    Une quarantaine d’entrepreneurs et d’officiels ivoiriens se sont envolés, mi-mai, pour Shanghai et Pékin. Le but ? Attirer au pays les grandes entreprises publiques chinoises. Mais sans froisser la France.

    Les décideurs ivoiriens se sont lancés dans un exercice d’équilibrisme qui n’est pas sans risques pour les relations qu’ils entretiennent avec leur partenaire historique. Ils veulent établir un axe de coopération stratégique avec la Chine, en passe de devenir la deuxième puissance mondiale, tout en réaffirmant les liens économiques et politiques avec la France, qui n’a pas ménagé ses efforts pour aider Abidjan à retrouver sa crédibilité sur la scène internationale. Au lendemain de la signature de l’accord sur l’allègement et le rééchelonnement de la dette du pays à l’égard du Club de Paris, le 15 mai, une quarantaine de responsables d’entreprises publiques ivoiriennes se sont envolés pour Shanghai afin de participer au 2e Forum de promotion des matières premières et de l’industrialisation de la Côte d’Ivoire, qui s’est tenu du 18 au 22 mai. Accompagnée par Raymond Sibailly, conseiller spécial pour les investissements du président Gbagbo, la délégation se composait des dirigeants du Port autonome d’Abidjan (PAA), de la Petroci (hydrocarbures), de la Sodemi (mines) et des sociétés d’État du domaine énergétique (Gestoci, Sopie, Anare, SMB…).

    Dans leurs bagages, les plans d’investissement stratégiques qu’ils ont dévoilés à leurs homologues des grandes entreprises publiques chinoises comme la Sinopec (pétrole), Synohydro et CGGC (grands travaux). Sur place, le cabinet PKD Conseil de Me Pierre Koffi Djemis et les services de l’ambassade avaient organisé visites politiques et rendez-vous d’affaires. « Nous sommes satisfaits… », a lâché laconiquement Raymond Sibailly à l’issue du Forum. Aucun montant n’a été annoncé, mais plusieurs contrats et protocoles d’accord ont été signés. Ils donneront lieu à de nouvelles rencontres. Les dirigeants du PAA ont par exemple prévu de revenir en août pour finaliser le lancement d’une ligne maritime directe entre le port de Shanghai, premier au monde (plus de 430 millions de tonnes par an), et celui d’Abidjan (22 millions). Les Chinois, déjà présents en Côte d’Ivoire dans l’exploitation du thon, devraient participer à la rénovation du terminal de pêche. Et pourraient ensuite investir dans d’autres développements du PPA, qui souhaite doubler son trafic d’ici à 2018.

    De son côté, la Petroci, le bras pétrolier de l’État, a approché son homologue chinoise Sinopec et discuté avec la China Sonangol International Ltd pour la valorisation de ses concessions et un projet de raffinerie. La société chinoise Geomines, qui exploite déjà du manganèse dans la région de Lauzoua, à l’ouest d’Abidjan, a passé un nouveau contrat avec la Sodemi pour la valorisation de sept minerais. Un des rares patrons privés présents, Charles Kader Goré, président de CKG Holding et très proche du chef de l’État, s’est rendu à Qinyua pour étudier la relance de la chocolaterie acquise par l’État ivoirien au milieu des années 1990. CKG Holding entend aussi doper ses exportations de fèves de cacao vers la Chine. Enfin, les autorités ivoiriennes étaient sur le point de confier la réalisation d’un barrage hydraulique à Soubré, au nord de San Pedro, à l’une des entreprises ayant participé à l’édification du barrage des Trois-Gorges, le plus grand au monde. Et des négociations sont en cours pour la valorisation des eaux usées d’Abidjan, une priorité après le scandale des déchets toxiques.

    De son côté, Pékin s’est engagé à faciliter la formation de cadres ivoiriens dans les domaines de l’électricité et des hydrocarbures dans les universités de Shanghai – un accord qui tombe à pic alors que la France a durci les conditions d’obtention de visas. L’empire du Milieu accorde régulièrement des bourses d’études à la Côte d’Ivoire et invite les cadres techniques opérant sur les grands projets publics à des séminaires de formation. Avec le coût réduit de l’expertise – un ingénieur chinois coûte 30 dollars de l’heure, quatre fois moins qu’un Européen –, ces échanges constituent autant de gages que les dossiers des entreprises chinoises désireuses de s’implanter en Côte d’Ivoire seront examinés avec soins. La Chine est devenue le troisième fournisseur de la Côte d’Ivoire avec 6,9 % des parts de marché derrière la France (16,8 %) et le Nigeria (29,5 %). Les échanges commerciaux sont passés de 50 milliards de F CFA (76 millions d’euros) en 2002 à 112 milliards de F CFA l’année dernière.

    « L’Afrique va en Chine car elle ne se sent pas humiliée. J’en parle en tant que chef d’État qui a entendu ses pairs gémir d’avoir été tant humiliés », a déclaré le chef de l’État ivoirien, Laurent Gbagbo, en avril dernier, à l’occasion de la pose de la première pierre de l’hôpital de Gagnoa, financé par la Chine. Un discours dans lequel beaucoup ont vu une allusion aux événements qui avaient opposé son pays et la France en novembre 2004 même si, depuis, le président a tenu à remercier Paris pour son appui. « Nous nous réjouissons du regain d’intérêt de l’Europe, et de la France en particulier, pour notre économie, tient à rassurer un de ses proches. Nous allons continuer à travailler avec nos partenaires français mais le monde a évolué. Le franc facilitait le commerce avec la France. Aujourd’hui, l’euro et la dérégulation des marchés nous obligent à nous ouvrir. Il nous faut aussi nous industrialiser pour améliorer nos marges commerciales. » « La Côte d’Ivoire souhaite capter une part de plus en plus importante de la plus-value du produit final en réalisant des produits semi-finis et finis », ajoute Me Pierre Koffi Djemis, fondateur de PKD Conseil et organisateur du Forum de Shanghai. Le Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire (Cepici) affiche l’objectif de transformer à terme 50 % des matières premières sur le sol national.

    Les entreprises chinoises sont-elles prêtes à souscrire à une telle ambition ? Rien n’est moins sûr. Car elles ont jusqu’à présent favorisé l’approvisionnement de leurs propres industries en matières premières. Mais la Côte d’Ivoire joue la carte de l’accès au marché régional et elle ne manquera pas de le rappeler lors de la 4e rencontre ministérielle Chine-Afrique, qui doit se tenir en novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte. Elle représente 40 % de l’activité régionale (hors Nigeria), jouit du rôle de leader politique et constitue, avec son port en eau profonde, une porte d’entrée sur un marché de plus de 250 millions de consommateurs. « Face au géant chinois, nous devons jouer à fond la carte de l’intégration en mettant en avant le poids de nos organisations régionales », explique Raymond Sibailly. Reste à savoir si le message sera entendu par les Chinois, et s’ils souhaitaient proposer à la Côte d’Ivoire une aide globale et massive du type de celle négociée avec l’Angola et la RD Congo.

  3. The Westphalian Post said,

    This article was mentioned in
    http://www.thenigerianvoice.com/nvnews/70027/1/over-libya-pax-nigeriana-has-failed-ecowas.html

    (As much as we would like to reply to the author, comments were not an option of TNV’s website)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: